ETUDE ARCHEOLOGIQUE

Etude Archéologique du Château de Montlaur

  • 0. Introduction

        

    Plan au Sol                                          Plan Etage

    Les ruines du château de Montlaur, commune de Montaud (Hérault), occupent le sommet d’une crête calcaire dans les garrigues de l’arrière-pays montpelliérain. Les enceintes et les bâtiments annexes entourant le château couvrent une surface proche d’un hectare.

    Le château, flanqué d’une chapelle castrale, est conservé ainsi qu...

  • III. Archéologie du Bâti

    Fig 6

     

     

     

     

     

    ...
  • V Chronologie relative

    Le château de Montlaur présente un ensemble architectural complexe, où trois grandes phases de construction se superposent. Au terme de cette étude architecturale, les différentes étapes de construction aboutissant à l’état actuel du château de Montlaur ont pu être en majeure partie comprises. Certains secteurs du château demeurent à explorer après débroussaillage, l’ampleur de la bâtisse et son e...

  • VI. Conclusion

    Malgré son état de ruine, le château de Montlaur présente un ensemble très complet, château, enceintes, basse-cour et dépendances, dont la construction s’étage globalement entre le XIe et le XVIe s. Le bâti renaissance est le plus perceptible de l’ensemble, cependant les vestiges de la période médiévale sont bien représentés. Une campagne de fouille intéressant l’ensemble du bâtiment et ses abords...

yy


0. Introduction

Thumbnail image     Thumbnail image

Plan au Sol                                          Plan Etage

Les ruines du château de Montlaur, commune de Montaud (Hérault), occupent le sommet d’une crête calcaire dans les garrigues de l’arrière-pays montpelliérain. Les enceintes et les bâtiments annexes entourant le château couvrent une surface proche d’un hectare.

Le château, flanqué d’une chapelle castrale, est conservé ainsi que deux tours et une partie de l’enceinte. L’ensemble a été très éprouvé par les conflits des guerres de religion, en particulier par une canonnade lors d’un siège en 1622.

Profondément remanié au XVIe ou au début du XVIIe siècle par des agrandissements, reconstructions partielles et création d’ouvertures, l’état médiéval se laisse encore observer et suggère un bâtiment de grande ampleur, élevé sur deux étages. Les dépendances sont lisibles en plan mais très arasées, seule une bergerie est conservée en élévation. Une tour à bossages ainsi qu’une partie de l’enceinte subsistent également.

L’étude consiste en une analyse archéologique du bâti donnant un phasage chronologique des différentes parties du château, couplée à une étude documentaire des archives concernant le bâtiment. Cette étude permettra de guider les futurs travaux de consolidation.

Ce travail s’est appuyé sur les relevés réalisés par Laurent Dufoix, architecte du patrimoine, et sur le relevé réalisé par Gilles Escallon, archéologue à l’Inrap. Ces relevés ont été complétés par mes propres croquis, la réalisation de relevés topographiques n’ayant pas été possible au cours de cette étude.

Plusieurs journées ont été consacrées au débroussaillage, la végétation masquant une majeure partie des élévations, ce travail préparatoire a été complété très efficacement par Mickaël Belanger. Les vues aériennes du château ont été réalisées par George de Montlaur qui m’a permis de les utiliser.

Je remercie très sincèrement MM. Escallon, Belanger et Montlaur pour l’appui qu’ils ont apporté à mon travail, ainsi qu’Hervé de Montlaur, propriétaire des lieux, qui m’a autorisée à réaliser cette étude et confié les clés du château.

img41

aaa separateur dore 


Commande et propriété de la Conservation Régionale des Monuments Historiques, DRAC Languedoc, mise en ligne par autorisation du CRMH, reproduction et copie interdites.


aaa separateur dore

Back to top