III. 5 Le mur nord et la cour

 

Thumbnail image

Fig 7 : Plan général Sol

Ce mur rectiligne ferme la cour intérieure, entre la tour 2 et la salle S (fig 7 ci-dessus). Son élévation totale, conservée sur environ 6,50m de haut, n’est pas restituable, aucun élément ne permettant de l’arrêter à la hauteur conservée. Long de 15m, il présente une épaisseur de 0,60 cm ce qui est très faible en regard des autres murs et ce qui interdit de le considérer comme une défense.

Thumbnail imageUne porte subsiste, au centre de ce mur, mettant la cour en communication avec un autre espace, non caractérisé. Cette porte, rectangulaire est large de 1,20m (fig 41).

A son extrémité occidentale, ce mur est nettement chaîné avec la tour 2 mais uniquement à sa base. On y voit la trace dans la partie inférieure du mur d’une baie murée, très mal conservée. L’extrémité orientale n’est pas chaînée au mur de la salle S, contre lequel il vient s’appuyer.

Le contact entre les deux est rompu par une brèche qui pourrait être l’emplacement d’une porte disparue. Le nettoyage du sol à cet endroit a mis en évidence le prolongement de la fondation mais on n’y lit aucun seuil.

Thumbnail imageBâti en petit appareil de calcaire froid, son parement nord présente une construction assez homogène au premier abord ; cependant, on remarque dans la partie supérieure de ce mur un appareil moins régulier, mettant en œuvre des moellons plus grossièrement équarris et assemblés que dans la partie inférieure ; on note également une rupture très ponctuelle dans la construction, où le chaînage s’interrompt sans raison apparente, pour reprendre immédiatement.

Il pourrait s’agir d’un repentir sur la mise en place d’une baie. Au bas de ce mur, une rangée de trous de boulins très régulièrement répartis sur deux assises signale l’emplacement d’un échafaudage. Ces trous sont perforants et n’ont pas été bouchés.

Thumbnail imageLe parement sud, côté cour présente les mêmes caractéristiques que le côté nord (fig 42). On y trouve les empreintes de plusieurs aménagements.

A l’extrémité ouest, une engravure de voûte signale la présence d’une salle voûtée dans l’angle nord-ouest de la cour. Cette engravure s’interrompt pour ménager un espace rectangulaire, probablement une baie prenant jour depuis le nord, dont la trace est visible dans le parement nord. Cette baie est murée, il ne paraît pas possible de dater son obturation.

L’engravure de voûte prend naissance dans le parement de la tour 2 et on remarque que sous la naissance de la voûte le parement de la tour est composé de gros moellons, l’appareil se distinguant nettement de la maçonnerie de l’élévation. Cette observation confirme la reprise de construction de la tour 2 et situe la construction du mur de la cour avec ses aménagements dans la même phase que la construction de la cuisine.

Thumbnail imageA l’extrémité est, le parement de ce mur nord présente aussi des lacunes marquant le contact avec un bâti qui se développe à l’intérieur de la cour. L’analyse de ce parement ne livre que très peu d’indices permettant de restituer l’état d’origine (salle, escalier ?), seule la fouille pourra compléter ces informations et éclairer ce point. Enfin, à propos de la cour, il faut signaler la présence d’une vaste citerne qui en occupe le centre, cette dernière est entièrement maçonnée, j’estime sa profondeur entre 6 et 7 mètres, son diamètre atteignant 5 à 6 m.

Le plafond de cette citerne est percé et en cours d’effondrement, le tout étant masqué par un buisson de ronces. J’ai renoncé à explorer cette citerne par défaut de moyens techniques et du fait du danger que représente l’état de sa voûte.


Commande et propriété de la Conservation Régionale des Monuments Historiques, DRAC Languedoc, mise en ligne par autorisation du CRMH, reproduction et copie interdites.




Back to top